Risques MajeursLes mesures de prévention du risque mouvement de terrain

  • La connaissance du risque

Elle s’appuie sur des inventaires de phénomènes ou de contextes à risques, l’exploitation d’archives, des enquêtes de terrain, des études géotechniques et des cartographies d’aléas.

Elle conduit à réaliser par exemple :

- l’inventaire des mouvements de terrain connus (www.bdmvt.net) ;

- l’inventaire des cavités souterraines hors mines (www.bdcavite.net) ;

- l’inventaire de l’aléa retrait-gonflement des sols argileux (www.argiles.fr) ;

- des études spécifiques dans le cadre des Plans de Préventions des Risques naturels.

  • La surveillance des phénomènes

Lorsque les mouvements de terrain déclarés présentent un risque important pour la population, des mesures de surveillance sont souvent mises en œuvre (inclinométrie, suivi topographique, etc.). Ces mesures permettent de contrôler l'évolution du phénomène et une éventuelle aggravation. Les ruptures, qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques, sont en général précédées d'une période d'accélération des déplacements. Les spécialistes tentent de mettre en évidence ces accélérations, afin de pouvoir évacuer préventivement les populations.

A titre d’exemple, un réseau de surveillance a été mis en place dans le secteur du Lac Pavin. En savoir plus

  •  Les travaux pour réduire les risques

Il est souvent difficile d'arrêter un mouvement de terrain après son déclenchement. Toutefois, pour les phénomènes déclarés et peu actifs, il est possible de mettre en œuvre des solutions techniques afin de limiter le risque, à défaut de le supprimer. Les actions de protection sont multiples et varient d'un phénomène à l'autre.

A titre d’exemples, on peut citer :

- pour les tassements et gonflements du sol : reprise en sous-œuvre des bâtiments, lutte contre la dessiccation des sols ;

- pour les glissements de terrain : drainage, soutènement permettant de s'opposer au déplacement du terrain ;

- pour les chutes de blocs : mise en place d'ouvrages d'arrêt, purge et stabilisation des masses instables ;

- pour les coulées de boue : drainage des sols, végétalisation des zones exposées au ravinement, correction torrentielle ;

- pour les effondrements de cavités souterraines : renforcement ou remplissage des cavités, fondations profondes.

Un ouvrage principal et divers aménagements ont ainsi été réalisés sur le site des Egravats au Mont-Dore afin de protéger des habitations exposées à des phénomènes de glissements de terrain, de chutes de blocs et de coulées de boue.

  • Le contrôle des campings à risque

La sous-commission pour la sécurité des terrains de camping et de stationnement des caravanes contrôle les mesures d’information et de protection des campings soumis aux risques naturels. En savoir plus

  • L'information de la population

La population peut librement s’informer sur la présence de risques majeurs dans sa commune dans le Dossier Départemental des Risques Majeurs ou sur internet www.prim.net.

  • La maîtrise de l'urbanisation

Le Plan de Prévention des Risques mouvement de terrain (PPRmvt) limite l’urbanisation dans les zones les plus exposées. Établi par l'État, il définit des zones d'interdiction et des zones constructibles sous réserve. Il peut imposer d'agir sur l'existant pour réduire la vulnérabilité des biens. Le PPR peut également prescrire ou recommander des dispositions constructives ou des dispositions concernant l'usage du sol. Ces mesures simples, si elles sont appliquées, permettent de réduire considérablement les dommages causés par les crues.

Périmètres de risque (R111-3)
Plan de Prévention des Risques de Mouvement de Terrain des Egravats
Plan de Prévention des Risques de mouvement de terrain sur la commune du Mont-Dore
Plan de Prévention des Risques - Chutes de Blocs sur le bourg de la Roche Noire