Risques MajeursLes mesures de prévention du risque minier dans le Puy-de-Dôme

  • L’amélioration de la connaissance

L’État, au titre de ses responsabilités dans le domaine minier et afin d’améliorer la connaissance générale des risques miniers éventuels résultant de l’activité minière passée et d’en permettre une meilleure gestion, a initié en 2004 une opération nationale dite "Inventaire national des zones minières susceptibles de mouvements de terrains (affaissements, effondrements, glissements…) qui visait, pour l’ensemble du territoire national à une évaluation rapide des "risques résiduels d’instabilité des terrains présentés par les exploitations minières arrêtées".

L'objectif de cette opération a été de passer en revue, l’ensemble des sites miniers, région par région, pour identifier les zones présentant des aléas résiduels d’instabilité de terrain couplés à des enjeux de surface, afin de les classer en fonction de niveaux de risque de mouvements de terrain. Les sites présentant les niveaux de risque les plus préoccupants sont soumis à des investigations plus poussées.

Cette opération a été confiée à l'INERIS par l'expert de l’État, le GIP GEODERIS. Elle est réalisée en 3 phases ainsi déclinées au département du Puy-de-Dôme :

La 1ère phase :

Elle a consisté à examiner 129 titres miniers connus (68 concessions, 9 permis d’exploitation, et 52 permis exclusif de recherches). Cet examen a permis de hiérarchiser en 3 catégories, en fonction des enjeux de surface, les sites qui pourraient être affectés par des mouvements de terrains.

- Les sujets en priorité 1 sont : les mines de bitume de Chamalières, Dallet, Lempdes, Lussat, Malintrat, Ménétrol, Pont-du-Château, et Riom.

- La priorité 2 est retenue pour les mines de houille des bassins de Brassac-les-Mines, Auzat-la-Combelle et Charbonnier-les-Mines, Messeix, Singles, Saint-Eloy-les-Mines et Youx et les mines de plomb argentifère de Pontgibaud, St Pierre-Le Chastel, Bromont-Lamothe et Gelles.

- Les exploitations d'alunite de Madriat et d'Augnat sont classées en priorité 3.

La 2ème phase

Elle a consisté en une analyse détaillée des sites retenus dans l’une des 3 priorités.

La 3ème phase :

Durant la 3ème phase, ces études sont portées à la connaissance des élus concernés afin qu'elles soient prises en compte dans l'utilisation de la surface et l'urbanisation des communes concernées. Les documents produits précisent à l'échelle cadastrale la localisation des aléas de mouvements de terrains. Ils pourront être utilisés, le cas échéant, dans le cadre de l'élaboration d'un Plan de Prévention des Risques Miniers (PPRM).

Dans le Puy-de-Dôme, la phase 3 est en cours. Toutes les études ont été portées à connaissance des maires concernés en 2011, excepté celles des secteurs de Brassac-nord (Brassac-les-Mines, Auzat-la-Combelle, Charbonnierles-Mines), Pontgibaud-sud (Pontgibaud, Bromont-Lamothe, Gelles, et Saint-Pierre-le-Chastel et Madriat-Augnat qui seront livrées en 2012. Un inventaire des ouvrages miniers dangereux débouchant au jour est en cours. Le résultat sera connu et porter à la connaissance des élus à l'horizon 2012-2013.

  • L'information préventive :

- Le Dossier Départemental des Risques Majeurs

  • La mise en sécurité d’ouvrages miniers

Une importante campagne de mise en sécurité d'ouvrages miniers ouverts dangereux ont été réalisée en 2008-2009 concernant les ouvrages dangereux ouverts du district métallifères de Pontgibaud pour lesquels la responsabilité est revenue à l'État en raison de la disparition de l'exploitant. Cette action a concerné la mise en sécurité de 59 anciens ouvrages miniers.

D'importantes études sont engagées par l'Etat concernant les quatre sites de stockage de résidus de laveries minières du district de Pontgibaud à Pranal (commune de Chapdes-Beaufort), à Barbecot (Chapdes-Beaufort et Bromont-Lamothe), à Pontgibaud (secteur des fonderies) et à Roure-les-Rosiers (Saint-Pierre-le-Chastel) en vue de résorber leurs impacts environnementaux.